Long de près de 800 km, de sa source dans les Alpes Suisses à son embouchure en Méditerranée, le Rhône est un fleuve puissant et majestueux. Il a forgé l’histoire de nos villes et villages à commencer par Bourg-Saint-Andéol ou Viviers et favorisé leur expansion avec le commerce fluvial à partir du Moyen Age. Et si la main de l’homme l’a fait évoluer à maintes reprises pour le dompter, il retrouve un caractère sauvage ces dernières années.

Le Rhône sauvage abrite castors, loutres et orchidées

Ce qu’on nomme ici le « vieux Rhône » définit le tracé ancestral du Rhône en opposition aux parties canalisées. Entre Viviers et Saint-Just-d’Ardèche, les berges et les lônes (d’anciens bras du fleuve) abritent des espaces sauvages et préservés qui regorgent d’animaux et de plantes remarquables. L’île de la Roussette et sa lône en amont de Viviers hébergent entre autres des colonies de castors, des martins-pêcheurs et une trentaine de variétés de libellules. Plus au sud, après le barrage de Donzère, l’île aux cormorans, la lône de Tousselaz et la roselière sont des haltes très appréciées des oiseaux migrateurs. Hérons, milans noirs, buses, cigognes, canards, mouettes, aigrettes … font halte ici ou y nidifient tout au long de l’année. Ces deux sites bénéficient de mesures de protection du Biotope. Dans l’eau c’est la même richesse, le Rhône est très poissonneux et la qualité de l’eau qui s’est beaucoup améliorée favorise une biomasse impressionnante : avis aux pêcheurs !

castor-rhona-nature-ardeche-1

Le climat méditerranéen commence ici

defile-de-donzere-rhone-ardeche-2

Le défilé de Donzère, cette falaise qui plonge dans le Rhône et qu’on peut voir de loin, marquait, il y a quelques décennies dans les manuels de géographie, la transition entre le monde méditerranéen et la zone semi-continentale. Le site, qui bénéficie de mesures de protection notamment pour le hibou grand-duc, fait l’objet d’un dossier de classement en site naturel. De l’avis des naturalistes, climat, faune, flore sont en effet vraiment différents qu’on soit au nord ou au sud de cette limite naturelle même si elle tend à évoluer avec les changements climatiques. Passez « la limite de l’olivier », vous assisterez au vol du rollier ou observerez la couleuvre de Montpellier au milieu des chênes kermès et des douces odeurs de garrigues. Bienvenue dans le sud !

ViaRhôna, la voie verte idéale pour profiter du fleuve

velo-viarhona-nature-rhone-ardeche-1

Et si la plus belle façon de profiter du Rhône se trouvait sous vos pédales ?

Rien de plus simple pour accéder aux berges et observer ce milieu naturel : enfourchez un vélo ou enfilez vos plus belles baskets pour parcourir la ViaRhôna. L’itinéraire cyclable qui longe le fleuve du Léman à la mer permet de profiter du Rhône et des paysages qu’il a dessinés. Il traverse notre territoire sur 18 km de Viviers à Bourg-Saint-Andéol. Découverte du pont de Robinet (classé monument historique), exploration des lônes, passage sur l’ancien chemin de halage seront les étapes incontournables de votre périple !

Le vieux Rhône est également navigable en barque ou en canoë (attention toutefois au passage du barrage de Donzère où il faudra marcher 1,2 km pour contourner l’ouvrage avant de remettre à l’eau son embarcation). Nous vous suggérons de vous faire accompagner. Itinéraires Vivarais propose également des excursions en combiné vélo+canoë au départ de la passerelle de Rochemaure. (Infos à l’Office de tourisme).