bourg-saint-andeol-village-ardeche-eglise-1

Les hommes ont choisi de s’installer ici dès l’antiquité sur un rocher qui domine le Rhône, voie de communication depuis des siècles. Témoin de cette période, le Bas-relief à la divinité Mithra est conservé dans son environnement naturel depuis le IIe siècle, à proximité des sources vauclusiennes du Vallon de Tourne. Ne manquez pas la majestueuse et fière église Saint-Andéol qui se dresse au milieu du centre historique. C’est l’un des monuments épargnés par le tragique bombardement du 15 août 1944. A ses côtés, de nombreux hôtels particuliers témoignent de la prospérité des aristocrates gravitant autour du Palais épiscopal (qu’on nomme désormais le Palais des Evêques… et qui se visite) puis de celle de la bourgeoisie de commerce rhodanienne à l’image de l’Hôtel Bonnot de Villevrain ou encore de l’Hôtel de Digoine. Marchez dans les pas de visiteurs célèbres qui se croisèrent jadis dans les rues ou dans les tavernes de la ville

Victor Hugo y séjourne avec sa maîtresse. Alfred de Musset et Georges Sand y font une amoureuse escale lors d’un voyage avec Stendhal. La reine d’Angleterre n’y dort qu’une nuit à l’instar de Mazarin et au contraire de D’Artagnan et de ses mousquetaires qui y séjournent plus longtemps, invités par l’Evêque Louis de Suze. En ces lieux, Melpomène, muse du Chant, de l’Harmonie musicale et de la Tragédie se rencontre, sous les voûtes de ses sanctuaires, arpentant les rues, au coucher du soleil ou sur les berges du fleuve roi.