Cover

Le Vallon de Tourne, un écrin de verdure

Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest

C’est l’une des pépites d’Ardèche à voir de préférence en automne. Il n’y a pas de châtaignes mais une source abondante et claire surplombée par l’unique bas-relief du Dieu Mithra en France. Classé site pittoresque en 1934, ce lieu est riche d’un patrimoine historique et naturel exceptionnel.

De l’eau à la peau

vallon-de-tourne

Si l’eau de la Tourne était réputée pour soigner la lèpre, elle était aussi appréciée pour son débit et sa pureté par les meuniers et les tanneurs au XXème siècle. Située à proximité des bois du Laoul où ils trouvaient le « tan », écorce du chêne, elle offrait aussi la possibilité d’acheminer les peaux et les tissus vers Arles ou Lyon par le port de Bourg-Saint-Andéol sur le Rhône.

Hommes-grenouilles et petites crevettes

Les gouls à résurgences vauclusiennes, naturels comme à Fontaine-de-Vaucluse, n’ont pas dévoilé tous leurs mystères. Spots de plongée souterraine réputés et appréciés dans toute l’Europe, ils accueillent régulièrement des clubs écoles et des grands explorateurs à l’image du commandant Cousteau, de Bertrand Leger ou de Xavier Meniscus qui y a établi le record du monde à 220 m. L'origine exacte de la source n'est pas déterminée et peut-être seules les petites crevettes Nyphargus détiennent la clé du mystère.

plongee-ardeche-vallon-de-tourne

Mithra et les fées

Le Vallon de Tourne abrite le seul bas-relief creusé à même la roche représentant le Dieu Mithra.  Reconnu jusqu’à Rome, il est classé depuis 1927 et fait partie des trésors du Pays d’Art et d’Histoire du Vivarais méridional. Son culte, originaire d’Inde et de Perse, se développe dans l’empire romain autour du IIIe siècle et est contemporain du christianisme. Réservé aux hommes, ce culte initiatique qui promeut la force est contrasté par la douceur des fées gardiennes du vallon. La grotte aux fées, aujourd’hui disparue, constituait un élément indispensable du culte de Mithra.