Vestiges de camp militaire allemand

Site et monument historiques Bidon

Zone sous haute surveillance ! En 1942, l’armée allemande construit des édifices et place la zone sous surveillance. Après son départ en 44, l’OTAN utilise les installations. Ici nombre de dolmens sont répertoriés, témoins d’une occupation au néolithique.

La plaine d’Aurèle, des Dolmens aux Blockhaus,Guerre 39-45/ Néolithique
En 1942 l’armée allemande s’installe sur la plaine et commence à construire différentes bâtisses, radars et canons. Tous les 50km de la vallée du Rhône, les soldats allemands surveillent le trafic aérien depuis la Méditerranée jusqu’à Lyon. En 1944, quand les allemands quittent précipitamment les lieux, ils font tout exploser, ils ont miné la plaine et les « blockaus » ont implosé.
Aujourd’hui on retrouve des murs éventrés. A l’époque, une partie fut déminée. De nombreuses fouilles ont lieu pour rechercher des munitions de la guerre, restes d’obus… L’usage de ce camp allemand a cessé en août 1944. L’OTAN a remis quelques radars de par la présence de lignes électriques et en 1956, De Gaulle a quitté l’OTAN donc il n’y eu plus d’usage militaire à cette date.
Sur cette même plaine se trouvent également des vestiges du néolithique dus à la présence des premiers paysans sur le secteur et donc d’un lieu dédié aux pratiques funéraires. De nombreuses personnes étaient enterrées sous les dolmens.
Un ancien chemin passant dans la Plaine d’Aurèle reliait le Puy en Velay à Aigues-Mortes, route très fréquentée à certaines époques.

Adresse

La plaine d'Aurèle
07700 Bidon

localiser sur la carte

Coordonnées GPS

DD (degrés décimaux)

latitude : 44.39191000

longitude : 4.54028600

Période d'ouverture